Le Collectif Paysans en Lutte contre l’A45 interpelle les candidats aux législatives

Stéphane Rouves, paysan-boulanger, membre du Collectif Paysans contre l’A45, interpelle les deux candidats en ballottage dans la 3ème circonscription de la Loire : Faure-Muntian (En Marche) et  Rochebloine (UDI).

Sur France Bleu Saint-Étienne Loire, ce mardi 13 juin, les deux candidats aux législatives étaient interrogés sur leurs projets politiques.

Une opposition de facade car tout deux sont d’accords sur un peu près tout, notamment sur le sujet de l’A45, qu’il faut construire à tout prix pour « pouvoir aller travailler sereinement » (Faure-Muntian).

Stéphane Rouves pointe l’incohérence du candidat Rochebloine (UDI, élu député de la 3ème circonscription de la Loire depuis 1988, soit plus de 28 ans…), qui d’un côté, déclare « vouloir défendre l’agriculture » et de l’autre, souhaite construire l’A45.

En effet, la construction de l’autoroute A45 engendrerai la destruction de plus de 500 hectares de terres vivrières (plus de 1000 hectares si l’on prend en compte le futur développement de zones pavillonnaires) qui sont aujourd’hui la base d’une économie locale et rurale développée.

Le candidat Rochebloine, répond qu’il y a moins d’agriculteurs aujourd’hui qu’il y a 30 ans, que construire l’autoroute à l’époque aurait coûté moins cher et aurait été plus simple. Il rappel qu’il « connait » le monde paysan car « petit-fils » de paysan, et s’associe au président de la Chambre d’agriculture Raymond Vial (ancien président des Jeunes Agriculteurs, puis de la FDSEA) qui a voté le financement de l’A45. Il s’épanche enfin sur les problématiques d’irrigation, qui le reconnait-il ne sont pas « pris en compte » par le projet.

Stéphane Rouves rétorque que les agriculteurs de la région n’attendent pas d’être accompagnés par les politiques pour irriguer leurs terres.

Vient le tour de la candidate Faure-Muntian (En Marche) d’être interrogée par notre paysan-boulanger. Il commence par rappeler le gouvernement Macron, est constitué du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qui a déclaré « le développement autoroutier, il va falloir y mettre un terme » (source : Reporterre) et de la ministre des Transports, Élisabeth Borne, spécialiste des transports ferroviaires. Il demande donc si la candidate a réfléchie au développement d’un transport innovant dans la vallée du Gier.

Faure-Muntian répond que ses ministres ne lui ont pas encore répondu car surement trop occupé.e.s, et évoque les arguments habituels pour l’A45 (lire notre article : Le vrai du Faux, quels sont les mensonges sur l’A45). Elle évoque le projet d’Hyperloop, mais n’est pas sûr de sa viabilité compte tenu de son coût et de sa longueur d’installation.

Stéphane Rouves rappel que l’étude d’impact de ce projet autoroutier date de 2003 et que les alternatives à l’A45 existent. Depuis ce temps, le territoire à beaucoup évolué, avec notamment la mise en place d’un réseau de vente directe et locale des paysans-producteurs. Il rappel enfin que les paysans sont déterminés à ce que cette autoroute ne soit pas construite.

Retrouvez l’intégralité de cette interview sur le site de France Bleu : https://www.francebleu.fr/infos/politique/3e-circonscription-de-la-loire-revivez-le-debat-entre-faure-muntian-en-marche-et-rochebloine-udi-1497388130

Laisser un commentaire