Lettre à Ségolène Royal : l’autoroute A45 n’est pas compatible avec l’Accord de Paris sur le climat

Voici la lettre envoyée au cabinet de Ségolène Royal (ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer), ainsi qu’à Alain Vidalies (secrétaire d’État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche) et Bernard Cazeneuve (Premier Ministre).

 

Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat Hôtel de Roquelaure,
246 boulevard Saint-Germain
75007 PARIS

Copie à Monsieur le Premier ministre, Bernard Cazeneuve et à Monsieur le secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies

Objet : l’autoroute A45 n’est pas compatible avec l’Accord de Paris sur le climat

Madame la Ministre,

Vous faites régulièrement valoir votre attachement à la mise en œuvre pleine et entière de l’Accord de Paris sur le climat et à faire de la France le pays de « l’excellence environnementale ».

Ces engagements vous honorent. Ils devraient effectivement prévaloir pour les ultimes mesures que le gouvernement est amené à prendre d’ici à la fin du quinquennat. Par ce courrier nous souhaiterions, à nouveau, vous alerter au sujet de l’autoroute A45, cette deuxième autoroute (payante), parallèle à la première (gratuite), qui relierait les faubourgs de Lyon (Brignais) à ceux de Saint-Etienne (La Fouillouse).

Il se trouve que cette autoroute n’est pas compatible avec un engagement sincère en matière de lutte contre les dérèglements climatiques. Ce ne sont pas les opposants à l’A45 qui l’affirment mais les études qui fondent la déclaration d’utilité publique, délivrée en juillet 20081.

Soit un an avant la conférence climat de Copenhague et plus de 7 ans avant celle de Paris. Que disent ces études ? Sur le secteur considéré, la nouvelle autoroute ferait croître les kilomètres parcourus de 136 % et la quantité de CO2 rejetée dans l’atmosphère de 85 % d’ici à 2035, par rapport à la situation de 2004.

Fondée sur un accroissement insoutenable du transport routier et une augmentation non moins soutenable des émissions de gaz à effet de serre, cette autoroute est une aberration d’un temps où l’on ne prêtait pas suffisamment attention à l’impact climatique des investissements publics. C’est pourtant lors d’une réunion à l’Hôtel de Roquelaure, le 20 avril 2016, à peine 48 heures avant que 175 pays de la planète ne signent l’Accord de Paris à New-York en votre présence, Madame la Ministre, et celle du chef de l’Etat, François Hollande, que le gouvernement, par l’intermédiaire du secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies, a confirmé la construction de l’autoroute A45 et qu’il a décidé d’en confier la concession à Vinci en approuvant le plan de financement présenté par cette société. Alors que les observateurs constatent tous le besoin de financements publics additionnels dédiés à la lutte contre les dérèglements climatiques, la décision de construire l’A45 s’accompagne d’une subvention publique de 790 millions d’euros, dite subvention d’équilibre, qui doit permettre à Vinci de construire l’autoroute sans perdre d’argent : l’Etat alloue 395 millions d’euros d’argent public – à charge pour les collectivités locales d’en trouver autant. Ce qui revient à 790 millions d’euros pour 85% de CO2 en plus relâchés dans l’atmosphère, soit près de 10 millions d’euros d’argent public pour chaque point d’augmentation des émissions de CO2.

Nous tenons également à vous signaler que l’A45 doit traverser les Coteaux du Lyonnais et les Coteaux du Jarez, qui sont pourtant des territoires pionniers et exemplaires en matière d’innovation et de transition écologique. Ainsi, l’autoroute viendrait découper de nombreuses fermes qui alimentent les métropoles lyonnaise et stéphanoise en produits de qualité, et dont certaines sont connues pour avoir été à l’origine du premier magasin de producteurs du pays, un exemple qui a largement essaimé depuis. Ces territoires constituent aussi l’habitat d’une biodiversité exceptionnelle, composée de nombreuses espèces protégées et/ou fragiles dont dépend directement l’équilibre des écosystèmes présents : leur destruction est en totale contradiction avec les engagements louables prononcés à l’occasion du vote de la Loi Biodiversité.

Le décret qui doit entériner le contrat de concession doit encore être publié en Conseil d’Etat et signé par le secrétaire d’Etat aux transports dont vous êtes, Madame la Ministre, la ministre de tutelle. Compte tenu de l’incompatibilité de l’A45 avec les engagements climatiques de réduction d’émission de gaz à effet de serre pris par la France et l’Union Européenne, et alors que des solutions alternatives, efficaces et moins coûteuses existent, nous vous demandons d’intervenir pour que ce contrat de concession ne soit pas signé d’ici à la fin du quinquennat. Il serait plus que fâcheux que le gouvernement entérine la construction d’une autoroute climato-incompatible au moment où vous faites valoir votre engagement pour faire de la France le pays de « l’excellence environnementale ». Une telle décision resterait comme une tache indélébile sur le bilan du gouvernement en matière environnementale.

Nous sommes à votre disposition pour vous rencontrer et préciser le sens de cette requête.

Madame la Ministre, nous vous assurons de notre haute considération.

SignatairesOrganisations locales :

  • Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais (SCL)
  • LPO-AGIR POUR LA BIODIVERSITÉ Rhône
  • FRAPNA Rhône et Métropole de Lyon
  • FRAPNA Loire
  • FRAPNA Auvergne Rhône-Alpes
  • Confédération paysanne Rhône
  • Confédération paysanne Auvergne-Rhône-Alpes
  • Confédération paysanne Loire
  • Collectif des naturalistes COLNATA45
  • Vivre ensemble en Pays Mornantais
  • Bien-vivre à la Talaudière
  • Alternatiba / ANV-COP21 Rhône

Organisations nationales :

  • 350.org
  • Agir pour l’environnement
  • Alternatiba
  • Amis de la Confédération paysanne
  • Amis de la Terre
  • ANV-COP21
  • Attac France
  • Confédération paysanne
  • France Nature Environnement
  • Réseau Action Climat

1 commentaire sur “Lettre à Ségolène Royal : l’autoroute A45 n’est pas compatible avec l’Accord de Paris sur le climat”

  1. Ping : Lettre à Nicolas Hulot : l’autoroute A45 n’est pas compatible avec l’Accord de Paris sur le climat – Site Officiel | Non à l'A45

Laisser un commentaire